L’Homme qui n’a pas d’heure

Alter Ego Production nous propose L’Homme qui n’a pas d’heure, très beau court- métrage de Vianney Lambert de Vincent Reignier, qui dresse le portrait de Dominique, un homme qui a perdu la voix( laryngectomisé), un homme qui est voué au silence. Sauf, peut-être, par le chant. On le voit retrouver un groupe de gens, tous partiellement aphones tous mutilés de la voix , eux aussi. Ils chantent ensemble et c’est terriblement émouvant. Filmé en pellicule et en noir et blanc, le film capte, trouble et passionne. C’est une perle rare, un petit bijou dans le monde des images. Être avec l’homme, être l’homme – par la caméra, par le micro. Saisir un être et dévoiler son âme – le garder en vie, encore et encore.

Ci dessous un extrait d’interview des réalisateurs qui vous éclairent sur leur fim.

Que voulez-vous transmettre à travers les moments de silence ?

Vianney Lambert : Cette question du silence, pour nous, construit le personnage, qui avait un rapport avec sa voix qui était un rapport difficile, un rapport douloureux. Je pense que le silence permet aussi au spectateur de prendre sa place dans le film, de se poser des questions, ou en tout cas de se laisser porter par des choses. Et puis ce n’est pas vraiment un silence, souvent on entend une respiration. S’il y a beaucoup de silence c’est une manière de dire : ‘’il est vivant’’ . Car c’est aussi un film sur la mort, c’est un film sur une voix, c’est un film sur le silence, enfin, c’est un peu tous ces paradoxes qui sont tissés entre eux.

Pourquoi avez-vous centré le film sur Dominique ?

Vianney Lambert : Au début on était plongé dans un groupe et on nous avait proposé d’essayer de raconter ce groupe, on a eu un peu de mal à trouver notre place. On se demandait comment filmer ce gens-là? Qu’est-ce qu’on raconte ? Qu’est-ce qui va nous porter ?

Au début on avait choisi trois personnages qui racontaient ce groupe, mais le fait de prendre trois personnages, ça nous emmenait vers la maladie tout le temps, uniquement vers le sujet de la maladie, il n’y avait que ça. L’idée de ne travailler que sur un personnage laissait beaucoup plus d’espace au film, à la possibilité d’un lien intime avec Dominique, avec son histoire, avec son ressenti, sa personnalité.

La rencontre qu’on a faite avec lui, c’était presque électrique, enfin il y a eu…on pourrait parler d’un coup de foudre, ou quelque chose de cet ordre là. Coup de foudre car à la fois il avait un côté imposant, il ne semblait pas être quelqu’un de très facile…et en même temps il a semblé être tout de suite quelqu’un d’ attachant.

Si vous êtes intéressés par ce film vous pouvez vous adressez à : ALTER EGO PRODUCTION , 48 rue de Bourgogne 45000 Orléans. 02 38 80 79   44.

info@alterego-prod .com, www.alterego-prod.com